James Brazier

« Mes nouvelles fonctions me permettent de contribuer à l’élaboration du futur de BNP Paribas. »

James Brazier
Responsable de la RSE,
de la déontologie et de la gouvernance
pour la région Moyen-Orient
et Afrique (Bahreïn)

En septembre dernier, James Brazier a été chargé de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), de la déontologie et de la gouvernance pour la région Moyen-Orient et Afrique. James explique que ce poste nouvellement créé est à la fois varié, stimulant et gratifiant. En tant que nouveau membre du comité RSE international, il est chargé de communiquer les changements des politiques du Groupe à ses collègues de la région Moyen-Orient et Afrique, et de les informer des diverses activités entreprises en matière de RSE.
À l’échelle locale, il doit notamment promouvoir les projets de finance durable au sein de la région, diffuser les politiques de RSE auprès des équipes en contact direct avec la clientèle et agir comme interlocuteur principal auprès des parties prenantes, comme le ministère du Changement climatique et de l’Environnement.
Durant les 20 ans qu’il a passés dans la gestion du risque à Londres, à Hong Kong et à Bahreïn, James a vu le secteur financier se transformer. Il a l’intime conviction que le succès du Groupe sera mesuré à l’aune de son engagement en faveur d’un développement économique durable et responsable. « Mes nouvelles fonctions me permettent de contribuer à l’élaboration du futur de BNP Paribas » affirme-t-il.

Michelle Crosbie

« Nous sommes convaincus que le service est un domaine dans lequel nous pouvons nous démarquer. »

Michelle Crosbie
Responsable du service client et de la gouvernance
BNP Paribas Securities Services (Australie)

BNP Paribas Securities Services (BP2S) a mis en place une plate-forme de service client pour démontrer sa volonté d’être le “prestataire privilégié” et continuer à se distinguer du reste du marché par l’excellence de son service. Michelle Crosbie est à la tête d’une équipe de 20 responsables de service client en Australie et en Nouvelle-Zélande, qui s’adressent aux principaux gestionnaires d’actifs et fonds de pension.
Pour Michelle, un bon responsable de service client est à l’écoute des clients, comprend leurs besoins, mais sait également comment leur secteur évolue. « De nombreux clients travaillent avec nous en Amérique et en Europe, ajoute-t-elle. Ils s’attendent à ce que nous agissions en synergie avec le reste du monde. » Cette quête d’excellence en matière de service a conduit BP2S à lancer “Uplifting Service”, un projet d’envergure internationale dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont les pilotes. Le projet a pour objectif l’adoption d’un langage, d’un cadre et d’outils communs en vue de continuer à rehausser les normes de service, tant au sein de la plate-forme de service client que chez BP2S. « Lorsqu’il est question d’assurer l’excellence du service, chacun fait partie de la chaîne de valeur », insiste Michelle.

Gabriel Di Letizia

« Les trois accords de la charte sociale européenne constituent un pas vers un dialogue social renforcé. »

Gabriel Di Letizia
Secrétaire du Comité de Groupe Européen
BNP Paribas (Luxembourg)

Secrétaire adjoint puis secrétaire du Comité de Groupe européen de BNP Paribas, Gabriel Di Letizia est un des principaux acteurs de l’élaboration de la Charte sociale européenne. Après l’accord sur l’emploi (2010) et celui sur l’égalité professionnelle (2014), le troisième volet consacré à la prévention du stress au travail vient d’être signé à l’unanimité par les 53 membres du Comité de Groupe européen, représentant quelque 131 000 collaborateurs du Groupe.
« C’est l’aboutissement d’un important travail mené avec les représentants du personnel des 23 pays concernés. L’accord détermine un socle minimum de droits sociaux pour les collaborateurs. Dans certains pays, cette base est déjà prévue par la législation ou la négociation, mais pour d’autres, c’est une véritable garantie supplémentaire. » L’accord va désormais être traduit dans toutes les langues nécessaires afin que chacun puisse le lire et s’y référer. Sur le terrain, managers et responsables RH, après appropriation de l’accord, sont désormais chargés de le diffuser et de veiller à sa bonne application.
« BNP Paribas est une des premières entreprises à disposer d’une Charte sociale au niveau européen. C’est un signe fort de la volonté du Groupe à l’égard de ces trois enjeux essentiels que sont l’emploi, l’égalité professionnelle et la prévention du stress au travail. »

En savoir plus
Accord sur la prévention du stress
Accord sur la gestion de l’emploi
Accord sur l’égalité professionnelle

Paul Appleton

« Un système de paiement numérique qui facilite l'achat et permet aux clients de régler comme ils le souhaitent. »

Paul Appleton
Responsable Produits bancaires
et solutions de paiement
Bank of the West (États-Unis)

Payer à l’aide de son téléphone portable est simple, rapide et pratique. Les clients de Bank of The West peuvent désormais charger leur carte de crédit ou de débit dans cinq portefeuilles mobiles *.
Paul Appleton, responsable “Produits bancaires et solutions de paiement” pour Bank of the West, affirme que la banque est l’une des deux seules aux États-Unis à proposer un accès à autant de portefeuilles.
Plus de 60 000 clients se sont inscrits dans les 90 jours qui ont suivi le lancement de l’opération. Paul indique que les consommateurs états-uniens ont mis du temps à adopter les paiements par mobile, car les téléphones portables et les terminaux de paiement n’étaient pas équipés de la technologie Near-Field Communication. Mais la situation évolue rapidement : avec plus de cinq millions de terminaux livrés au cours des 24 derniers mois, les volumes de paiement par mobile aux États-Unis devraient atteindre les 300 milliards de dollars d’ici à 2020.
Le lancement du service de paiement mobile a pris moins de six mois grâce à une étroite collaboration entre les équipes informatiques de Bank of the West et leur partenaire de longue date, MasterCard. La banque a ainsi adopté MasterPassTM, une solution de portefeuille MasterCard qui permet aux clients de la banque d’effectuer leurs paiements en magasin et en ligne.

*ApplePay, Android Pay, Samsung Pay, MasterPass, Microsoft Wallet.

Gabriella Serravalle

« La diversité est une valeur fondamentale, seulement si on la vit. »

Gabriella Serravalle
Responsable RISK - Operational Risk Control (ORC)
BNP Paribas (France)

Gabriella est le genre de personnes à qui l’on a envie de demander : « comment est-ce possible ? »
Entrée à BNL en 1983, elle parcourt l’Italie pendant 17 ans, au gré d’expériences en gestion de clientèle et de mobilités géographiques. En 2000, elle pose ses valises à Rome où elle continue son parcours : marketing, contrôle de gestion et organisation. En 2008, un nouveau challenge l’attend en tant que responsable des opérations de BNL.
En deux ans, elle réalise le regroupement des opérations sur 14 sites au lieu de 136, « évidemment dans un souci de synergies, mais en conservant toujours la vision client à l’esprit », précise-t-elle. La fonction de directrice des ressources humaines vient couronner l’aventure BNL de 2012 à 2014.
Un déménagement plus tard, elle intègre la fonction transverse RD&I (Retail Development & Innovation) à Paris. « Cela a été une expérience enrichissante tant dans le travail sur le parcours client que sur l’apport des nouvelles technologies », témoigne-t-elle.
Depuis février 2017, forte de son expertise de la banque, Gabriella occupe la fonction de responsable risque opérationnel au niveau Groupe. « Nous sommes tous concernés, l’enjeu est de mieux comprendre et partager ce risque pour mieux renforcer sa maîtrise », souligne-t-elle.
Et à notre première question, Gabriella répond : « restez ouvert(e) aux changements, n’ayez pas peur, c’est possible ! »

Tom Rosenkoetter

« Nous devons savoir qui travaille sur quoi, et actionner les leviers nécessaires. »

Tom Rosenkoetter
Responsable des affaires gouvernementales
BNP Paribas (États-Unis)

Tom Rosenkoetter a rejoint la banque en septembre dernier comme responsable des affaires gouvernementales au sein de l’équipe d’analyse des questions réglementaires et publiques en Amérique du Nord. Il délivre des conseils de nature politique et stratégique aux États-Unis. Il est également l’un des principaux interlocuteurs de la banque auprès de l’administration, des organismes de règlementation, des législateurs et d’autres personnes d’influence.
Tom a pour mission de sensibiliser les décideurs de BNP Paribas, en collaboration avec Bank of the West afin d’élaborer une stratégie coordonnée pour valoriser l’image de la banque à Washington. Depuis qu’il a rejoint BNP Paribas, Tom a renforcé la compréhension du “mode de fonctionnement” des responsables politiques à Washington au sein de la banque. Il a réalisé une cartographie des parties prenantes en vue de « recenser les personnes que nous devons connaître, et celles qui doivent nous connaître. »
Les responsables politiques forment ce que Tom appelle un “écosystème diversifié et actif” : l’un des objectifs premiers est d’identifier les personnes influentes à Washington et les sujets sur lesquels elles travaillent. Cela afin de nouer un dialogue et de leur fournir des informations pertinentes pour l’élaboration de leurs politiques. Quel pourrait être l’impact de la volonté de l’administration Trump de réformer la réglementation financière aux États-Unis pour les banques étrangères ? C’est l’une des questions sur lesquelles Tom se penchera dans les mois à venir.

Laurent Burnay et Sébastien Notebaert

« Avec ICE³, BNP Paribas Fortis franchit un pas important vers l’automatisation des processus d’octroi de crédit. »

Laurent Burnay
Chief Operating Officer
RISK, BNP Paribas Fortis (Belgique)
Sébastien Notebaert
Project Manager & Scrum Master
RISK, BNP Paribas Fortis (Belgique)

Renouveler un crédit en ligne en moins de cinq minutes. Mission impossible ? Une équipe multidisciplinaire a relevé le défi et développé “Instant Credit Experience for Enterprises and Entrepreneurs (ICE³)” en quelques mois pour les besoins des entreprises et des entrepreneurs en crédit à tempérament fiscal et social à court terme.
« La création d’une équipe multifonctionnelle combinant à la fois les compétences métiers et l’expertise technique et travaillant selon les principes “Agile” a permis de diminuer de manière spectaculaire le temps de développement tout en améliorant significativement l’expérience utilisateur », témoigne Sébastien Notebaert.
Le premier Minimum Viable Product (MVP) est en ligne depuis fin 2016. Simulation, tarification, prise de décision, élaboration du contrat, signature électronique, libération des fonds : tout est désormais automatisé et réalisé sans aucune intervention humaine en moins de cinq minutes.
« En seulement 2 semaines, plus de 60 contrats ont été signés, sans qu’aucune publicité soit faite. Nous sommes heureux d’apporter une solution qui répond à un véritable besoin de nos clients et travaillons déjà d’arrache-pied à un deuxième MVP avec de nouvelles fonctionnalités et une cible de clientèle plus large », explique Laurent Burnay.

Regarder la vidéo sur ICE3

Sébastien Conort

« Il est essentiel de rester curieux et en veille permanente. »

Sébastien Conort
Responsable du Data Lab
BNP Paribas Cardif (France)

Ingénieur financier chez CIB, Sébastien Conort rejoint le département Analytics de BNP Paribas Cardif en 2014 grâce à de l’autoformation. « Passionné par la recherche en data science et l’intelligence artificielle, je suis toujours en veille car c’est un domaine qui produit des innovations significatives tous les 6 mois, explique-t-il.
Nous avons débuté avec des machines acquises à l’occasion d’un Jam session* spécial Big Data. Elles ont permis de tester des technologies open source encore utilisées aujourd’hui », poursuit Sébastien. Ces machines déconnectées des systèmes IT de BNP Paribas Cardif, mais sécurisées et régulièrement auditées, offrent une souplesse et une réactivité propices à la data science.
« Au lancement, nous avons invité pendant six mois des experts du marketing, de l’actuariat, du service client, de la lutte anti-fraude et anti-blanchiment à venir tester l’apport de la Data Science dans la résolution de problématiques métier concrètes », explique Sébastien. En rassemblant les données métier respectives en un seul endroit, dix ‘use cases’ ont été traités. Suite à ce premier succès, le Data Lab de BNP Paribas Cardif a grandi en capacité d’intervention et en effectifs. « Notre ambition est de continuer à répondre à des problématiques business en développant rapidement et efficacement des solutions basées sur la data science. »

*Jam session : séance d’innovation ouverte et collaborative qui réunit pendant 48 heures des collaborateurs internes, des experts externes, des distributeurs, des profils variés permettant de créer, selon un thème défini, des prototypes.

Vous devez être connecté(e) pour commenter cet article : Connexion